Facebook Twitter Flickr E-mail RSS
magnify
Home » Citizenwatt » Le « soudathon », une forme innovante de civilité technologique ?
formats

Le « soudathon », une forme innovante de civilité technologique ?

Le projet CitizenWatt, initié par l’association Labo Citoyen – Citoyens Capteurs et développé en partenariat avec Fabelier et hackEns – ne propose pas plus un objet connecté qu’un système domotique nouvelle génération. Il invite plutôt les habitants à s’inscrire dans une démarche globale permettant à la fois  la fabrication d’un capteur d’électricité communicant, son utilisation au quotidien mais également son amélioration grâce à une étude ethnographique de l’usage des données de consommation domestique.

Dans cette perspective, les premiers ateliers de soudure du capteur -rebaptisé « soudathon » comme un clin d’oeil au hacktahon-  ont été organisés au FabLab Fabelier. Ces événements ont réuni des habitants volontaires venus en famille avec filles et garçons. Ce public familial n’est pas si habitué à se livrer, le temps d’un samedi après midi, à une activité intergénérationnelle dans ces nouveaux espaces dédiés à la fabrication personnelle.

Et ce point que nous voudrions ici mettre en lumière.

Parents et enfants ont ainsi fabriqué leur propre capteur d’électricité s’initiant par là même à la pratique de la soudure mais également à l’électronique, l’informatique et l’internet des objets. PCB, résistances, condensateurs, diodes, micro contrôleurs, pinces ampermétriques, raspberry pi, fichier STL du boitier en imprimante 3D …l’ensemble des éléments du dispositif sont ainsi présentés et expliqués dans leur fonctionnalité et les composants du circuit imprimés sont ensuite soudés avec minutie par les adultes et les adolescent-e-s. Soit dit en passant, on est bien loin de la bidouille à laquelle semble parfois cantonné le mouvement des « user-makers. » La mixité des genres est également à remarquer avec des mères apprenant à souder un PCB auprès de leurs filles.  Dans un moment où l’enseignement du code devient prioritaire pour l’Education Nationale et dans un contexte où le rétro-apprentissage régit les usages numériques, ces ateliers prisés par les familles, les femmes et les adolescents apportent des éléments de terrain prometteurs.

soudathon 5

Cette étape de la fabrication par soi-même offre d’abord l’intérêt de connaître de l’intérieur le capteur électrique communicant. En cela, elle réalise le premier stade de l’ouverture de la « boite noire » que constitue un compteur électrique pour les consommateurs d’énergie. Comprendre que l’on consomme de l’électricité et comment, autant de séquences pédagogiques qui reprennent les questionnements initiaux du projet CitizenWatt. La fabrication du dispositif par ceux qui en sont les utilisateurs apporte une première réponse en matérialisant la consommation d’électricité, sa captation et son calcul.

soudathon 11

Les compétences techniques et scientifiques mobilisées par l’équipe de CitizenWatt en électronique, physique et informatique, grâce notamment à HackEns, sont ainsi partagées avec les habitants-testeurs au FabLab Fabelier. Le Fablab devient alors un espace à la fois de partage de savoirs scientifique ou technique mais également un espace de sociabilité  rassemblant des experts et des profanes autour d’une activité à mener collectivement. Des experts en privacy deviennent ainsi, le temps d’un soudathon, des makers passant, dans un esprit de curiosité, d’un savoir à l’autre.

soudathon 29

Au principe initial du projet s’articulant à la « solidarité technique », qui supposait de fabriquer un capteur pour soi et pour un autre qui ne pourrait – pour diverses raisons – le souder par lui-même, vient s’ajouter ici la logique sociale de la « civilité technologique ». Cette logique fait du fablab un espace pervasif dans lequel chercheurs, ingénieurs et techniciens, habitants et parents, consommateurs et usagers mettent en commun compétences et connaissances.

 

alex soudathon 2

En suivant cette leçon des événements soudathon 1 et soudathon 2,  il sera intéressant d’aménager une porosité entre les espaces d’habitation et de fabrication et ainsi d’inviter le public du fablab dans les lieux de vie des utilisateurs comme par exemple la salle commune d’un ensemble d’habitat social. Plus que la simple fabrication des objets techniques, c’est un design de formes collectives de vie (civicdesign)  qui s’initie ici. A suivre donc…

 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Share on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© Le Labo Citoyen
credit